This page has been translated from English

Catégorisé | Stian Oby Johansen , des messages TVFA

L'intégration européenne - une vue d'ensemble de l'Union européenne

Flags of the European Union

Drapeaux de l'Union européenne

Ce blog est le premier d'une série de trois où je vais être d'explorer les changements à venir du système européen des droits de l'homme. Dans ce post, j'ai l'intention de donner un aperçu de l'Union européenne. Le billet de blog seconde mettra l'accent sur ​​la Convention européenne des droits de l'homme. Ces deux postes seront à jeter les bases pour le poste troisième blog, où l'adhésion de l'UE à la Convention européenne des droits de l'homme seront abordés.

Après la Seconde Guerre mondiale, les nations d'Europe ont vu la coopération régionale comme une clé pour éviter de nouvelles guerres. Sur les cendres de la guerre deux organisations internationales ont été mis en place, le Conseil de l'Europe et la Communauté européenne du charbon et de l'acier. Le premier existe à ce jour, et est l'organisation mère de la Cour européenne des droits de l'homme. Ce dernier était le premier bloc de construction de l'Union européenne.

La disposition de l'Union

L'Union européenne est, à son cœur, une organisation internationale. Cependant, contrairement à des organisations internationales classiques, qui sont généralement une forme de institutionnalisé la coopération intergouvernementale, l'Union européenne dispose d'une autonomie beaucoup plus grande. 1 L'UE a également été conféré des pouvoirs considérables des États membres.

Ces pouvoirs sont principalement exercées par l'intermédiaire des syndicats quatre principaux organes. La Commission est l'organe exécutif syndicats. Il se compose de 27 commissaires - un de chaque Etat membre - assis à titre privé. Les tâches des commissions primaires suggère une nouvelle législation, l'application de la législation en vigueur, et de représenter l'UE à l'extérieur.

Une façon de faire respecter le droit communautaire est par la Cour européenne de justice (CEJ). Comme la Cour suprême de l'Union européenne, il s'occupe principalement de deux types de cas: premièrement, les mesures d'application soi-disant, les 2 qui sont portées par la Commission contre un Etat membre qu'elle estime ne pas être l'accomplissement de ses obligations en vertu du droit de l'UE. Deuxièmement, selon le cas, juge national peut avoir soit un droit, ou peut être obligé de demander à la CJCE pour son avis sur la législation communautaire pertinente. La Cour donne ensuite une demande de décision préjudicielle qui lie la juridiction nationale. 3

Le troisième corps mérite d'être mentionné est le Conseil. Il se compose de représentants des Etats membres, et a le dernier mot sur la législation communautaire et les accords internationaux entre l'Union et les Etats non membres. Il approuve également le budget et de coordonner les politiques économiques, étrangère et de défense. Voix au sein du Conseil sont pondérés en fonction de la taille des pays, et une législation contraignante peut être adopté sans nécessairement exiger l'unanimité. Même si le conseil ressemble à tous les organes principaux dans d'autres organisations internationales, elle se distingue en étant en mesure d'adopter une législation contraignante pour les Etats membres sans le consentement unanime.

Enfin, nous avons le Parlement. Il se compose de plusieurs centaines de membres élus directement par les ressortissants des Etats membres. Il est censé fournir la démocratie à l'Union. Cependant, peu de gens se soucient, ou même participer à des élections au Parlement européen. En outre, il n'ya pas de parties dans le sens traditionnel du terme, mais plutôt des coalitions de partis nationaux similaires. Si l'on ajoute que les parlements de pouvoirs limités pour le mélange, on peut facilement voir que l'alibi démocratique de l'Union manque de responsabilisation et l'efficacité. Toutefois, depuis le traité de Lisbonne entré en vigueur en 2009, les parlements des pouvoirs lors du passage la législation a quelque peu augmenté. Alors que le pouvoir législatif à la fin revient au Conseil, la procédure a aujourd'hui un plus grand degré de coopération intégrée.

Législation qui pique

Ce n'est pas seulement la disposition des organes qui donnent à l'UE de son «caractère supranational. Une grande partie en raison de la CJCE, le, qui a suivi une ligne de la jurisprudence étendre progressivement les compétences de l'Union au nom des Etats membres, le droit de l'UE est devenue un outil puissant. Depuis les années 1960, la CJCE a jugé que la législation européenne est à la fois un effet direct dans, et profiter de la suprématie sur, le droit national. 4

Cette jurisprudence a, à son tour été acceptée par presque tous les tribunaux nationaux. Ainsi, les mesures de mise en œuvre par les États membres individuels ne sont pas forcément nécessaires pour les citoyens de pouvoir compter sur le droit communautaire devant les juridictions nationales. Depuis la loi de l'UE peuvent également être utilisés pour annuler la législation nationale qu'il a un aiguillon à ce que est inégalée par d'autres organisations internationales.

UE et les droits de l'homme

En raison de la vaste portée de la législation européenne contemporaine, quelques-uns des actes législatifs donner lieu à des préoccupations relatives aux droits. Commençant comme une union économique, droits de l'homme n'a pas vraiment sa place dans la législation communautaire dans les premières années. Grâce à la jurisprudence de la CJCE, cependant, un concept communautaire des droits humains ont évolué au cours des deux premières décennies après que le syndicat a été fondé. 5

Lors de la création et l'interprétation de la notion communautaire de droits de l'homme, la CJCE a été inspiré par les deux traditions constitutionnelles nationales et des conventions internationales. En particulier, la Convention européenne des droits de l'homme a été tenu en haute estime. Au tournant du millénaire de l'UE a également proclamé sa propre Charte des droits fondamentaux, qui est finalement devenu juridiquement contraignant par le traité de Lisbonne en 2009.

Mais, comme nous allons le voir dans mes articles à venir, le concept de l'UE des droits de l'homme a ses limites. Avant que nous puissions enquêter sur ces limitations en détail un bref examen de la Convention européenne des droits de l'homme, et son système d'application, est nécessaire. Ce sera l'objet du prochain article.

-

Stian Oby Johansen est de la Norvège, et travaille comme assistant de recherche au Centre de droit européen à l'Université d'Oslo. Il est en train d'écrire sa thèse de Master sur l'adhésion prochaine de l'Union européenne à la Convention européenne des droits de l'homme.

  1. Trevor Hartley, Les Fondements de la loi de l'Union européenne (7e édition, OUP 2010) 11
  2. L'art du TFUE. 258
  3. Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) art. 267
  4. Affaire C-26/62 Van Gend en Loos (1963), et l'affaire C-6/64 Costa contre ENEL (1964)
  5. Voir, entre autres: l'affaire 29/69 Stauder c ville d'Ulm (1969), et l'affaire 4/73, Nold contre Commission (1974)

Publier sur Twitter

One Response to "l'intégration européenne - une vue d'ensemble de l'Union européenne"

    Trackbacks ou Pingbacks

    1. [...] Partie 1: Une vue d'ensemble de l'Union européenne [...]

      Aimez ou n'aimez pas: Thumb up 0 Thumb down 0


    Laisser un commentaire

    L'Université de Denver Sturm College of Law

    Traducteur

    EnglishItalianKoreanChinese (Simplified)Chinese (Traditional)PortugueseGermanFrenchSpanishJapaneseArabicRussianGreekDutchBulgarianCzechCroatianDanishFinnishPolishSwedishNorwegianHebrewSerbianSlovakThaiTurkishHungarianRomanian

    Messages par date

    Mai 2012
    M T W T F S S
    «Avril
    1 2 3 4 5 6
    7 8 9 10 11 12 13
    14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27
    28 29 30 31

    @ View_From_Above

    Ressources
    Visitez la salle de presse DJILP